Bientôt Mum In WheelChair ….

Le cerveau a la pensée, le coeur a l’amour, le ventre a la paternité et la maternité.

Victor HUGO

 

Aujourd’hui, on a envie d’aborder avec vous un sujet un peu plus intime : l’Handimaternité.

Il y a encore peu d’informations, de témoignages sur le sujet mais nous prévoyons une série d’articles sur le sujet car…

bientôt LOL sera une Mum In WheelChair !

Première étape : le désir de maternité

Le désir de maternité se construit très différemment d’une femme à l’autre, valide ou handicapée.

@Lol : Pendant plusieurs années, comme toute jeune fille, j’ai pensé à devenir maman. Mon accident (et le handicap lié) n’a rien changé à mon désir d’avoir un enfant. Pendant longtemps, ce n’était qu’une vague idée, sans réellement la concrétiser.

@Pat : Lorsque Lol a eu son accident,  j’avais un fort désir d’enfant. A l’annonce de son handicap, une des premières questions que j’ai posée concernait le fait d’avoir un enfant. J’ai eu la chance de trouver une équipe médicale qui a su répondre à mes interrogations en me rassurant sur la possibilité physique pour Lol de faire un enfant. Je savais que ce n’était pas dans ses préoccupations du moment, mais ça me rassurait de savoir qu’elle pourrait le faire lorsqu’elle en aurait envie.

Deuxième étape : les réflexions sur l’environnement avec un bébé

La question d’avoir un enfant avec un handicap nécessite plus de réflexions que lorsqu’on est valide. Elles concernent à la fois l’adaptation de l’environnement (logement, matériel de puériculture) mais aussi le regard porté par les autres sur cette maternité.

@Lol : M’occuper d’enfants (en fauteuil roulant ou non), je l’ai toujours fait. Mais est-ce que je serai capable de m’occuper de mon propre enfant 24/24h ? Est-ce possible de concilier les séances chez le kiné, le bébé, le travail ? Quels seront les impacts de mon handicap sur la grossesse : les douleurs dues à certains transferts, le regard des gens sur le handicap et la maternité ?

@Pat : Lorsque mon fils est né, 15 mois après l’accident, Lol s’en est très vite occupé, le portait, le changeait, etc… J’avoue que je ne me rappelle pas avoir eu d’angoisses par rapport à son handicap. Nous avons vérifié ensemble qu’elle pouvait le faire mais pas plus que ça.

Troisième étape : l’accessibilité de la maternité

L’accessibilité de la maternité est une source d’angoisse quand on  devient HandiMaman. Même si tout n’est pas parfait, il y a des maternités adaptées réparties un peu partout en France .

@Lol : Sur Paris, je suis suivie à l’institut Mutualiste Montsouris au sein d’une consultation maternité et handicap, vous trouverez le lien vers cette consultation ici. J’ai trouvé au sein de cette consultation une équipe à l’écoute. Béatrice Idiard Chamois qui me suit en tant que sage-femme me répétait à chacun de mes rendez-vous que « oui avoir un bébé en fauteuil roulant c’est possible ! »

Un des premiers conseils qu’elle m’a donné est de faire un  IRM pour contrôler la présence ou non d’une syringomyélie (présence d’une cavité à l’intérieur de la moelle épinière). Le résultat permet de savoir si l’accouchement par voie naturelle est envisageable ou non.

@Lol : Ca n’a rien voir avec la maternité mais je redoutais cet examen car je suis un peu claustro 😉 … mais tout s’est bien passé et cela m’a permis de savoir que je pourrais accoucher par voie basse. On a alors décidé de concrétiser notre désir de devenir parents. Devenir maman pour la première fois, c’est un bouleversement pour n’importe quelle femme, alors quand on est en situation de handicap c’est un chamboulement !

Nous avons prévu une série d’articles sur l’Handimaternité pour partager avec vous les différentes étapes de cette nouvelle aventure !

Vous pouvez nous contacter par email si vous souhaitez avoir plus d’informations, nous serions ravies d’échanger avec vous sur le sujet !

5 commentaires sur “Bientôt Mum In WheelChair ….

  1. Félicitations !!
    J’ai vu ton reportage sur le magazine de la Santé ! Top !!!
    Edouard se porte bien ?? Et toi ? Les premiers pas de maman? Papa est heureux ?
    Prête pour un deuxième ? Hi hi … Peut-être pas tout de suite…
    J’espère que les douleurs de césarienne sont gerables. As tu choisi l’allaitement ??
    Bon courage pour la suite !

  2. C’est avec beaucoup d’émotions que j’ai vu le reportage vous concernant… Cela fait du bien de voir qu’une femme « handicapée » peut faire des études, trouver un homme qui l’aime et qu’elle aime et puisse avoir des enfants.
    Le fait de vivre dans un pays développé est une chance, car dans les pays du tiers-monde, il n’y a presque aucune prise en charge pour les enfants et adultes handicapés. Pour les handicapés, et surtout pour les handicapées, il n’y a généralement pas de perspective pour la vie « amoureuse » et maritale, puisque généralement, les femmes handicapées ne se marient jamais et restent célibataires toute leur vie, et n’ont aucun enfant de toute leur vie en conséquence.
    Je vous souhaite beaucoup de bonheur avec votre petit mari et votre enfant, une bonne santé aussi. Et ceux qui disent qu’une femme en fauteuil roulant ne devrait pas avoir d’enfants ne les écoutez pas, vous avez le droit au bonheur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.