L’entre deux tours 

Dimanche dernier, on votait en France !

Nous n’allons pas commenter les résultats, le but de ce blog étant d’informer et de partager des informations permettant de faciliter la vie des handis et non pas d’avoir des revendications politiques, même si nous pensons qu’elles sont nécessaires … D’autres sont plus légitimes que nous pour le faire.

On a donc eu envie de vous donner quelques informations sur les élections basées sur nos expériences et sur des informations pratiques sur l’accès au bureau de vote trouvées sur le net.

@Lol : Pour ce premier tour des présidentielles 2017, j’ai été voter à Nanterre dans une école primaire. Les bureaux de vote se trouvaient au rez-de-chaussée avec un isoloir assez grand pour que je puisse voter comme les valides. J’ai eu la chance de pouvoir accomplir mon devoir de citoyen sans aucune difficulté.

@Patricia : Pour ma part, j’ai voté à Rueil-Malmaison et j’ai regardé l’accessibilité du lieu comme souvent quand je fais une activité. Les bureaux de vote étaient également accessibles en rez-de-chaussée  et il y avait dans chaque bureau un isoloir clairement identifié pour les personnes en fauteuil.

             

Malheureusement, ce n’est pas le cas partout. Les défenseurs du droit ont d’ailleurs travaillé sur le sujet. Il en ressort que les choses s’améliorent mais qu’il reste néanmoins des difficultés : isoloir trop étroit  pour les personnes en fauteuil, les obligeant à mettre leur bulletin de vote aux yeux de tous ou simplement une urne positionnée trop haut.

Que dit la loi (Extrait du site du ministère de l’intérieur) :

L’accessibilité des bureaux de vote

Les municipalités, responsables des bureaux de vote, doivent s’assurer qu’ils sont accessibles à tous. Cela peut passer par un aménagement des locaux (rampe d’accès pour les personnes à mobilité réduite) mais également par l’adaptation du matériel utilisé. Les bureaux doivent proposer au moins un isoloir permettant l’accès des personnes en fauteuil roulant. Les présidents des bureaux de vote doivent par ailleurs faciliter l’accès de tous aux opérations de vote, par exemple en faisant abaisser l’urne si c’est nécessaire.

L’assistance au vote

Si le vote est par nature une opération personnelle, un électeur qui a besoin de se faire assister physiquement pour voter peut se faire accompagner par un électeur de son choix, que ce soit dans l’isoloir ou bien pour mettre son enveloppe dans l’urne. Si l’électeur n’est pas en capacité de signer la liste d’émargement, l’électeur qui l’accompagne peut signer à sa place avec la mention manuscrite :  » L’électeur ne peut signer lui-même « .

Concrètement :

Les urnes doivent être accessibles à toute personne handicapée, et donc aux personnes en fauteuil roulant. Cela implique l’absence  d’obstacle pour arriver jusqu’au bureau de vote, un isoloir suffisamment grand pour permettre l’entrée et le secret du vote (rideau plus long dans cet isoloir ) et enfin une urne à une hauteur atteignable en fauteuil roulant.

Une fois dans l’isoloir, il est possible de se faire aider par un tiers en cas de difficulté, notamment pour ceux qui ont des difficultés de préhension (prendre les bulletins ou le plier pour le mettre dans l’enveloppe peut être un obstacle).

Malheureusement, tous les bureaux de vote ne sont pas tous aussi « accessibles ». Soixante-cinq réclamations ont été enregistrées par les défenseurs des droits lors des élections municipales de 2014 par exemple. Si c’est le cas de votre commune, vous pouvez transmettre le document récapitulant l’ensemble des dispositions à prendre pour l’installation des bureaux : Memento pour les organisateurs de scrutins à votre mairie.

Il est aussi possible pour ceux qui ne peuvent se rendre au bureau de vote, de faire une procuration pour qu’une autre personne de confiance puisse voter pour elle. La démarche se fait au commissariat, à la gendarmerie ou au tribunal d’instance. Vous trouverez le document à remplir pour la procuration ICI. Si la personne est dans l’incapacité de  se déplacer  pour faire la procuration,  des agents assermentés peuvent se déplacer au domicile ou à l’hôpital.

Extrait du site service public :  Si l’état de santé du mandant l’empêche de se déplacer, il peut demander qu’un personnel de police se déplace à domicile pour établir la procuration. La demande de déplacement doit être faite par écrit et accompagnée du certificat médical ou du justificatif de l’infirmité.

Vous pouvez également en cas de difficulté  pour voter ou d’une constatation de manque d’accessibilité informer les défenseurs des droits en allant sur le site ou par téléphone : 01 53 29 22 00.

En attendant, on n’oublie pas le second tour qui se déroulera le dimanche 7/05 et n’hésitez pas à nous faire part de vos anecdotes, liées ou non au handicap lors de ces élections ….

Lol et Patricia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.