Osez respirer !

Osez Respirer !

Le sujet que nous avions envie de partager avec vous concerne la première fois que vous « respirez » à nouveau l’air pur après un accident . Ça semble anodin pour le commun des mortels, mais beaucoup de personnes accidentées se souviennent pendant longtemps de cette « première bouffée d’air ».

Nous allons partager avec vous NOTRE première bouffée d’air afin que vous compreniez ou viviez mieux ce moment si jamais vous y étiez confronté.

Les circonstances : Une semaine après la dernière opération, un ciel bleu magnifique en ce début janvier sur Genève.

@Lol : On me propose une première mise au fauteuil. Fauteuil ? Ah oui je ne marcherai plus et il va falloir que j’apprivoise ce nouveau compagnon qui me permettra de me déplacer. Un peu réticente au début … Je finis par me dire qu’il faut que je surpasse cette angoisse et que je commence cette nouvelle vie sur 4 roues ! Bien entourée, on m’assoit sur ce fauteuil, fauteuil trois fois trop grand pour moi.  Mais un fauteuil qui va permettre de me déplacer, enfin…

@Patricia : On arrive dans la chambre de Lol, on échange avec elle. Elle s’est bien remise de l’opération, elle va mieux. L’équipe soignante rentre dans la chambre et lui propose de l’installer dans un fauteuil, et nous glisse de façon anodine, vous pourrez lui lui faire prendre l’air comme ça! Dans ma tête, tout se bouscule « Comment on va faire ! Et si elle tombe ! ». Heureusement, mon mari était là et comme tout au long de l’apprentissage de la nouvelle vie de Lol, il est allé de l’avant en se préoccupant uniquement de son bien-être. Nous voilà partis en direction du toitterrasse de l’hôpital de Genève. 

Les émotions : Les images sont ancrées à jamais dans nos esprits.

@ Lol : Une fois assise sur ce fauteuil, je suis dans ma nouvelle vie. Je remarque que se déplacer en fauteuil n’est pas intuitif au début, il faut appréhender son fauteuil et acquérir de nouveaux réflexes ! Dans les longs couloirs de l’hôpital on me pousse sur ce fauteuil trop grand … Puis, une fois arrivée au dernier étage, je m’émerveille du toit-terrasse dont dispose l’hôpital dans lequel je suis hospitalisée. Et oui ! Une fois en haut on peut respirer !!! On peut ressentir cette sensation de liberté et de banalité que provoque de l’air frais …. Je suis ravie d’avoir surpassé ma peur, cela en valait la peine.

Une fois mes premières bouffées d’air prises, je me lance, je décide de me déplacer un peu avec ce fauteuil roulant et la je m’aperçois que faire un tour sur moi-même ne sera plus aussi évident qu’avant …. lol

@Patricia : Après la peur panique de l’annonce, j’ai eu le premier choc de voir ma sœur dans un fauteuil roulant, même si j’avais été préparée à ce choc par l’équipe soignante (surtout une aidesoignante, Rachelle) qui nous avait prévenus que cette première « mise au fauteuil » pouvait être difficile pour l’entourage. Cela est difficile car pour la première fois, les conséquences de l’accident sont matérialisées par le fauteuil. 

Petite parenthèse, c’est à ce moment là que j’ai fait des recherches pour essayer de comprendre et de voir quelle pouvait être la vie en fauteuil. A l’époque je n’ai rien trouvé d’où l’idée de ce blog !

Ensuite, il y a eu la sortie au grand air, après un parcours en ascenseur très long (tout du moins dans mes ressentis). Lol nous a dit « c’est bon de respirer de l’air et surtout de voir le ciel! ». J’étais très contente que mon mari m’ait aidée à surmonter cette épreuve … pour voir le visage de Lol s’ouvrir à sa nouvelle vie !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.